Saison F1® 2018… Bilan à mi-saison : Hamilton-Vettel, le duel continue !

/Saison F1® 2018… Bilan à mi-saison : Hamilton-Vettel, le duel continue !

Après le Grand Prix de Hongrie, le petit monde de la Formule 1 s’impose une trêve estivale d’ailleurs très réglementée. Les usines sont obligées de fermer leurs portes ! Le moment idéal pour dresser le bilan de la première partie de saison…

Les changements de règlement sont souvent propices à des bouleversements de hiérarchie. A défaut de désarçonner l’équipe championne en titre, le nouveau règlement de 2017 avait permis à Ferrari de hausser son jeu et de donner une réplique très consistante à Mercedes. Ce resserrement des valeurs a été confirmé par le début de saison 2018. La Scuderia a même pris l’ascendant en certaines occasions. Elle a en tout cas réalisé un début de saison absolument impeccable. Si Hamilton s’est adjugé la première pole de l’année, Sebastian Vettel a porté un coup au moral de son adversaire en remportant les deux premiers Grands Prix, en Australie et à Bahreïn, et en signant une jolie série de trois poles consécutives.

Comme si cela ne suffisait pas, Hamilton a encore dû s’armer de patience. Ricciardo remportant le Grand Prix de Chine sur sa Red Bull, il a fallu au champion du monde en titre attendre le quatrième Grand Prix (en Azerbaïdjan) pour remporter sa première victoire de la saison ! Il en profite pour prendre la tête du Championnat, Vettel comptant un passage à vide en Chine (seulement septième). Afin de se rassurer, Hamilton remporte dans la foulée le Grand Prix d’Espagne, signant la pole au passage.

Vettel n’a pas dit son dernier mot. Deuxième au Grand Prix de Monaco (derrière un excellent Ricciardo), il s’impose au Grand Prix du Canada et reprend la tête du championnat… pour un tout petit point ! Une avance bien fragile qu’il détruit en ratant son freinage au premier virage du Grand Prix de France, se condamnant à une remontée spectaculaire pour le plus grand plaisir des nombreux spectateurs massés autour du circuit Paul Ricard !

Auteur de la pole, Lewis Hamilton n’espérait pas un tel coup de pouce. Avec son évolution moteur, il survole la course et s’offre un peu d’air. Ses 14 points d’avance sont les bienvenus : alors que la Formule 1 attaque pour la première fois une succession de trois Grands Prix en trois semaines, Lewis Hamilton est trahi par sa mécanique en Autriche. Victime d’une chute de pression d’essence, il doit renoncer pour la première fois en trente-trois courses. Vettel a beau ne terminer que troisième, cela lui suffit pour reprendre la tête du Championnat. Ferrari fait de même au Championnat constructeurs.

Sur les terres de Lewis Hamilton, le pilote Ferrari s’offre le luxe de s’imposer devant son adversaire alors que seuls 44 millièmes séparaient les deux hommes aux essais ! Avec ce 51e succès, le pilote allemand rejoint Alain Prost dans la hiérarchie.

La semaine suivante à Hockenheim, le pilote Ferrari est bien parti pour enchaîner sur un nouveau succès. Malheureusement, l’averse qui s’abat sur la piste allemande lui est fatale. Il sort de la piste à basse vitesse et doit abandonner, laissant la victoire à un Lewis Hamilton parti de la 14e place sur la grille de départ ! Cette erreur de Vettel pèse lourd : alors qu’il avait la possibilité de s’imposer pour la première fois devant son public et de faire le break au championnat, il permet à Hamilton et Mercedes de reprendre la tête du classement général. Hamilton enfonce le clou, dans la foulée, en s’imposant au Grand Prix de Hongrie sur un circuit où tous les observateurs attendaient une performance de Vettel !

Après 12 manches sur 21, Hamilton dispose donc d’une avance de 24 points, soit quasiment une victoire, alors que Mercedes ne mène qu’avec 10 points. Rien d’irrémédiable mais Vettel devra éviter à tout prix les erreurs à la rentrée s’il veut maintenir ses chances d’être champion du monde.

Si Ferrari et Mercedes occupent le devant de la scène, ces deux équipes n’ont pas pour autant monopolisé la première marche du podium. En trois occasions, les Red Bull à moteur Renault rebadgé Tag Heuer se sont imposées : Daniel Ricciardo en Chine et à Monaco et Max Verstappen au Grand Prix d’Autriche, sur le… Red Bull Ring. Par la faute de quelques pannes moteur et quelques erreurs de Verstappen, ces coups d’éclats restent malheureusement des cas isolés.

Derrière ces trois équipes, Renault poursuit sa progression et se positionne comme la quatrième force du plateau en multipliant les classements dans les points. A l’inverse, l’équipe Force India est en perte de vitesse. Sa voiture est moins bien née que sa devancière et l’équipe est confrontée à des problèmes financiers. Depuis le Grand Prix de Hongrie, elle est même placée sus administration. Cela n’empêche pas Esteban Ocon d’être le premier Français au classement provisoire, au douzième rang. Il devance ses deux compatriotes.

Pour sa première saison complète en F1, Pierre Gasly fait preuve d’une belle maturité. Au volant de sa Toro Rosso, il a aligné de très belles performances à Bahreïn (4e en course), Monaco (7e) et Hongrie (6e) et totalise 26 points soit cinq de plus que Romain Grosjean. Auteur d’un début de saison très difficile, le pilote Haas-Ferrari a récemment retrouvé le chemin des points et pointe 14e au championnat juste devant Charles Leclerc. Au volant d’une Sauber en progrès constant, le monégasque impressionne vraiment pour ses débuts en Formule 1. Il s’est qualifié trois fois dans le top 10 et a marqué cinq fois des points. Un parcours qui pourrait lui valoir de rejoindre la Scuderia Ferrari dans un avenir proche.

Reprise des hostilités : le 26 août avec le Grand Prix de Belgique.

07.11.18Actus F1

Bienvenue à Hanoï !

Lire la suite
02.10.18Actus GP France

Le Grand Prix de France de Formule 1 était au Mondial de l’Auto

Lire la suite
31.08.18Actus GP France

COMMUNIQUE DE PRESSE 31/08/2018 – RENDEZ-VOUS PRIS POUR LE GRAND PRIX DE FRANCE 2019

Lire la suite