Esteban OCON : « C’est un rêve pour moi de rouler sur le sol français ! »

Auteur d’une magnifique saison 2017, Esteban Ocon évoluera à nouveau au sein de l’équipe Force India qui sera rebaptisée sous peu. Il se confie avant de prendre, la semaine prochaine, le volant de sa nouvelle monoplace pour la première fois.

Les pilotes passent une bonne partie de leur hiver à peaufiner leur condition physique. Est-ce la seule manière de préparer la nouvelle saison ?

Non. C’est vrai que j’ai beaucoup travaillé ma préparation physique depuis début décembre mais je vais aussi souvent à l’usine. J’y suis d’ailleurs en ce moment même. Je suis arrivé il y a trois-quatre jours afin de mouler mon nouveau siège baquet. Je fais aussi quelques opérations de marketing et aussi de nombreuses séances de simulateur. Comme ça, ça me remet dans le rythme de travail avec l’équipe de manière à être pleinement opérationnel dès le début des essais, la semaine prochaine. Et puis, à l’usine, il y a aussi plein de petites choses à faire qui prennent du temps, comme par exemple, faire changer la position d’une pédale dans le cockpit. A chaque visite, je peaufine ce genre de détails. Depuis janvier, je viens une fois toutes les deux semaines. Sur la nouvelle voiture, j’ai demandé à ce que quelques petites modifications soient apportées. Il s’agit de petits points pas faciles à rectifier en cours d’année, comme par exemple : ma position dans l’habitacle, les rétros qui vibrent un peu trop ou encore des petits détails sur le volant…

Une des grosses nouveautés de la saison est l’adoption du système halo au dessus du cockpit. Quel est votre sentiment à ce sujet ?

Je pense que c’est une bonne chose tant que ça amène de la sécurité au pilote… C’est sûr que ça va faire bizarre de s’y habituer au début. Quand on regarde la piste, il y a désormais un pilier en plein milieu de notre champ de vision. Ça nous gène un peu mais c’est pour tout le monde pareil. On va s’y faire ! Avec un peu de chance, dans le futur, la FIA va trouver une autre solution qui apportera autant de sécurité mais qui sera plus discrète.

Après votre superbe saison 2017, quelles sont vos ambitions pour 2018 ?

Elles sont plus élevées, c’est sûr. L’an passé, c’était surtout une saison pour apprendre. Je ne connaissais pas la plupart des circuits. C’était donc assez compliqué. Je veux clairement me montrer plus rapide sur le début de saison, par rapport à l’année dernière. Et puis, j’espère bien aussi monter sur le podium, ce que je n’ai pas pu faire l’an dernier. Je n’étais pas loin en quelques occasions… Nous avons réalisé la meilleure saison de l’équipe l’an dernier et il n’y a pas de raison de ne pas avoir des attentes encore plus élevées cette année même s’il va y avoir beaucoup de voitures à même de rentrer dans les points. Nous essaierons de nous rapprocher de la troisième place. Et moi, sur un plan plus personnel, mon objectif est de faire mieux que mon équipier.

Parmi les nouveautés de la saison, le calendrier accueille le retour du Grand Prix de France. Que vous inspire cette perspective ?

C’est un rêve pour moi de rouler sur le sol français, devant les supporters français. Ça va être un truc énorme ! Etant plus jeune, je ne comprenais pas pourquoi il n’y avait plus de Grand Prix de France. Je me rappelle être allé voir l’édition 206. Michael avait gagné à Magny-Cours. Ensuite, il y en a eu encore deux et puis le Grand Prix est parti. C’était une grande tristesse. Ce fut une belle surprise d’apprendre qu’il allait faire son retour. J’ai vraiment hâte d’y être ! D’autant que j’ai de très bon souvenirs liés au circuit Paul Ricard. C’est là-bas que j’ai fait mon premier podium en Formule Renault 2 litres et c’est aussi sur cette piste que j’ai remporté ma première victoire en monoplace !  Les deux fois, il pleuvait un petit peu. Ça reste des super souvenirs… 

07.11.18Actus F1

Bienvenue à Hanoï !

Lire la suite
02.10.18Actus GP France

Le Grand Prix de France de Formule 1 était au Mondial de l’Auto

Lire la suite
31.08.18Actus GP France

COMMUNIQUE DE PRESSE 31/08/2018 – RENDEZ-VOUS PRIS POUR LE GRAND PRIX DE FRANCE 2019

Lire la suite