Le franco-scope du GP de Monaco 2018

/Le franco-scope du GP de Monaco 2018

La proximité géographique de la Principauté de Monaco y a peut-être contribué : la délégation française de la F1 s’est vraiment montrée à son aise ce week-end dans les rues de Monaco, avec un joli plein de points à l’arrivée !

Le Grand Prix de Monaco demeure un rendez-vous aussi difficile que convoité. Slalomer dans les rues monégasques à quelques millimètres des rails de sécurité est un exercice de funambule et briller sur ce circuit est le rêve de tout pilote. L’équipe de France de F1 avait à cœur de se mettre en valeur ce week-end sur cette épreuve où le regretté Jules Bianchi avait réalisé une prouesse lors de l’édition 2014 en terminant 9e au volant de sa modeste Marussia.

Esteban Ocon et Pierre Gasly ont, à leur tour, porté haut les couleurs françaises à Monaco. Le pilote Force India s’est distingué dès les essais qualificatifs en décrochant une impressionnante 6e place, trois places devant son équipier Perez. Dimanche, il a parfaitement su mener sa course pour conserver sa position, derrière une Red Bull, Deux Ferrari et deux Mercedes. Un résultat dont le Normand était fier : « C’est un fantastique résultat ! C’était vraiment fun. Notre rythme en course était impressionnant et l’équipe a fait un travail fantastique en termes de stratégie. Nous avons eu une bonne compréhension des pneus et il y a des moments où nous étions la voiture la plus rapide en piste ! Sur les derniers tours, je reprenais une seconde au tour à Bottas et Räikkönen et j’étais vraiment juste derrière eux à l’arrivée. C’est vraiment super de signer un tel résultat et de ramener autant de points après quelques courses décevantes. »

L’autre Normand du peloton, Pierre Gasly, s’est lui aussi montré très en verve en Principauté. Qualifié en Q3 pour la deuxième fois de sa jeune carrière, le pilote Toro Rosso est parti de la dixième position sur la grille et termine à une superbe septième place, juste derrière Esteban Ocon. Pierre était aux anges ! « C’est mon premier Grand Prix de Monaco et c’est la deuxième fois que je termine dans les points ! Honnêtement, ça a été une course incroyable ! En partant de la 10e place, nous savions que la course pourrait être un peu difficile mais, en fait, la voiture s’est montrée tellement rapide ! Dès le début, j’ai géré mes pneus et, lorsque je me suis retrouvé seul en piste, j’ai attaqué à fond. Je me sentais vraiment bien. Lors de mon passage au stand, nous sommes ressortis devant mes adversaires directs et j’ai dû me battre pour maintenir Hülkenberg derrière moi. Je suis resté concentré en évitant de faire la moindre faute alors que mes pneus étaient un vraiment fatigués. Je suis super content de cette septième place ! »

Malheureusement, le bilan de Romain Grosjean n’est pas aussi positif : « Nous n’avons jamais été dans le rythme de tout le week-end », résume-t-il, dépité. Qualifié 15e, le pilote Haas-Ferrari a rallié l’arrivée à la même position.

Quant à Charles Leclerc qui évoluait à domicile, il s’est une nouvelle fois distingué en s’invitant une nouvelle fois en Q2 aux essais. Qualifié à une jolie 14e place, il évoluait en douzième position lorsqu’il a perdu l’usage des freins alors que la Sauber sortait du tunnel. Au freinage de la chicane du port, le pilote monégasque n’a pas pu éviter de percuter la Toro Rosso de Hartley. Plus de peur que de mal, heureusement.

Chez Renault, une nouvelle fois, les deux monoplaces jaunes et noires ont terminé dans les points avec Hülkenberg 8e et Sainz 10e. « Notre bilan est un peu mitigé, reconnaît Cyril Abiteboul. Avec deux voitures dans les points et notre quatrième position au championnat confortée, le résultat brut est plutôt bon mais cette course a néanmoins montré quelques-unes de nos faiblesses. Carlos a fait de son mieux mais il a dû faire face à une dégradation importante de ses pneus Ultrasofts. Même si Nico termine 8e, nous n’avons pas été aussi compétitifs que lors des précédentes courses. Nous devons encre travailler sur la compréhension des pneus car, aujourd’hui, nous sommes quasiment meilleurs en course en partant 11e avec un choix de pneus libre qu’en partant du Top 10 avec des pneus de qualification. »

Pour Eric Boullier et le clan McLaren, ce Grand Prix de Monaco est à oublier : « C’est décevant de repartir de la course la plus prestigieuse de la saison sans le moindre point. Fernando a fait une course sans faute mais sa transmission l’a lâché. Stoffel n’a jamais baissé les bras mais il n’y avait guère de possibilité de remonter en partant 12e. » Chez McLaren, on pensait déjà au Grand Prix du Canada qui se disputera le 10 juin.

07.11.18Actus F1

Bienvenue à Hanoï !

Lire la suite
02.10.18Actus GP France

Le Grand Prix de France de Formule 1 était au Mondial de l’Auto

Lire la suite
31.08.18Actus GP France

COMMUNIQUE DE PRESSE 31/08/2018 – RENDEZ-VOUS PRIS POUR LE GRAND PRIX DE FRANCE 2019

Lire la suite