Le jour où… GP de France 1982 : Une marseillaise à quatre voix !

/Le jour où… GP de France 1982 : Une marseillaise à quatre voix !
P.TAMBAY

Courir en France est toujours un rendez-vous particulier pour les pilotes français. Surtout en cet été 1982. Le Grand Prix de France est disputé plus tardivement que d’habitude (le 25 juillet) et tout semble réuni pour faire de cette épreuve une vraie fête. Pas moins de six pilotes français figurent sur la liste des engagés et, à l’exception de Jean-Pierre Jarier (sur la modeste Osella), tous ont une chance de bien figurer : Alain Prost et René Arnoux sur leur Renault, Didier Pironi et Patrick Tambay sur leur Ferrari ou bien Jacques Laffite sur sa Ligier-Matra. Mieux encore : c’est la première fois qu’un pilote français pointe en tête du Championnat du monde en abordant son épreuve nationale. Après dix des seize manches de la saison, c’est en effet Didier Pironi qui mène la danse.

C’est pourtant l’équipe Renault qui assure le spectacle en qualification. Comme depuis le début de saison, les RE 30 B réalisent un véritable show en reléguant la concurrence à plus d’une seconde. Non seulement René Arnoux offre à l’écurie jaune et noire sa huitième pole de la saison mais c’est la quatrième fois de l’année que les Renault monopolisent la première ligne de la grille ! Malheureusement, ce festival ne s’est que rarement concrétisé en course. Si Alain Prost a bien remporté les deux premiers Grands Prix de la saison, l’équipe Renault n’a marqué qu’un seul et unique point depuis ! La fiabilité est le talon d’Achille des jolies monoplaces françaises. Qu’en sera-t-il à domicile sur le Circuit Paul Ricard ?

En cas de défaillance, le duo français de Français portant les couleurs de Ferrari est prêt à se distinguer : Didier Pironi a signé le troisième meilleur temps et Patrick Tambay le cinquième. Jacques Laffite (16e au volant de sa Ligier à moteur atmosphérique) et Jean-Pierre Jarier (17e) sont relégués en fond de grille. Chez Renault, la situation au championnat est critique. Lors d’une petite réunion d’avant-course, Gérard Larrousse décide qu’une tactique d’équipe s’impose au bénéfice d’Alain Prost, le mieux placé au Championnat…

Au moment du départ, les deux Renault prennent la tête mais leur démonstration ne dure pas. Les Brabham-BMW de Ricardo Patrese et de Nelson Piquet s’emparent bientôt de la tête au 3e tour. Cinq boucles plus tard, le leader de la course voit son moteur partir en fumée. Qu’à cela ne tienne, son équipier Piquet prend le relais en tête. Le pilote Brésilien s’envole. Il compte bientôt plus de vingt secondes d’avance sur Arnoux. Cette domination repose en fait sur une stratégie aussi novatrice qu’audacieuse : les Brabham sont parties avec un réservoir d’essence à moitié vide et projettent de procéder à ravitaillement éclair à mi-course. L’arrêt de Piquet est prévu au 26e tour. Malheureusement, son moteur le lâche au 24e. L’astucieux Gordon Murray (directeur technique de Brabham) devra encore patienter pour savoir que ce coup de poker est aussi un coup de génie…

Les Renault récupèrent donc la tête de la course. René Arnoux mène devant Alain Prost, Didier Pironi, Patrick Tambay et Keke Rosberg. A dix tours de la fin, Arnoux compte plus de 20 secondes d’avance sur Prost. C’est alors que Jean Sage (directeur sportif de l’équipe Renault) passe à ses pilotes un panneau : « 1. Alain. 2. René ». Loin de lever le pied, René Arnoux accélère et augmente son avance de quelques secondes. L’équipe Renault aura beau brandir le même panneau pendant dix tours, le Grenoblois n’entend pas laisser la victoire à son équipier, avec lequel il ne s’entend guère, et franchit la ligne d’arrivée en vainqueur devant Alain Prost, Didier Pironi et Patrick Tambay. Pour la première fois depuis la création du championnat du monde, quatre pilotes français trustent les quatre premières places d’un Grand Prix ! Dommage que, sur le podium, la tension entre les deux pilotes Renault soit si visible…

07.11.18Actus F1

Bienvenue à Hanoï !

Lire la suite
02.10.18Actus GP France

Le Grand Prix de France de Formule 1 était au Mondial de l’Auto

Lire la suite
31.08.18Actus GP France

COMMUNIQUE DE PRESSE 31/08/2018 – RENDEZ-VOUS PRIS POUR LE GRAND PRIX DE FRANCE 2019

Lire la suite