Infos billetterie : Et vous, d’où suivrez-vous le Grand Prix de France 2018 ?

Alors que les offres de la billetterie viennent d’être divulguées, un choix cornélien se présente aux futurs spectateurs du Grand Prix de France de Formule 1 : quelle tribune choisir pour être au plus près de l’action du 22 au 24 juin prochains ?

Le frisson du départ

Pour les amateurs de sensations fortes, la tribune longeant la ligne droite des stands est une option à considérer. Les premiers mètres d’un Grand Prix peuvent être chauds sur le circuit Paul Ricard ! Le départ de l’édition 1989 en a apporté une spectaculaire démonstration avec l’incroyable envolée de Mauricio Gugelmin (sur Leyton House) au dessus du peloton ! Cette tribune couverte permet aussi d’être aux premières loges pour apprécier les commandos de mécaniciens –ces héros de l’ombre- lors des changements de pneus qui peuvent parfois faire basculer le sort de la course. Elle est aussi stratégiquement placée pour assister au baisser du drapeau et à la cérémonie du podium qui célébrera le premier vainqueur du Grand Prix de France depuis Felipe Massa en 2008.

La Sainte Baume ressuscitée

Quelques centaines de mètres plus loin, six tribunes seront positionnées à l’extérieur du virage de la Sainte-Baume. Les cinq derniers Grands Prix de France organisés sur le Paul Ricard ayant été disputés sur le tracé de 3,810 kilomètres, il faut remonter à 1985 pour trouver trace du dernier passage en course de F1 dans cet enchaînement délicat et complet. Les pilotes l’abordent à pleine vitesse et doivent négocier un droite rapide donnant sur un gauche qui débouche sur un double droit ramenant sur la ligne droite après une courbe à gauche. Les spectateurs pourront apprécier les pilotes an action sur cinq virages successifs avec des vitesses allant de 90 à 200 km/h ! C’est là que Keke Rosberg, dans un rush irrésistible, avait préparé son estocade pour ravir à Alain Prost la deuxième place au Grand Prix de France 1985.

Le goût de l’inédit

Ceux qui ont soif de nouveautés préféreront sûrement choisir l’une des six tribunes placées autour de la chicane nord qui sera utilisée pour la première fois. Il s’agira d’un véritable concours de dextérité pour les pilotes. En effet, cette chicane coupant la traditionnelle ligne droite du Mistral en deux, les monoplaces vont arriver lancées à près de 344 km/h avant d’amorcer un violent freinage qui devrait diviser leur vitesse par trois ! Les spécialistes des freinages tardifs ne manqueront pas gagner quelques places. Après avoir négocié la chicane à un peu plus de 100 km/h, les pilotes remettront les gaz direction la courbe de Signe.

La technique en exergue

Quatre tribunes placées à l’extérieur du fameux double-droite du Beausset permettront aux spectateurs d’observer l’une des zones les plus techniques du circuit. Avec cette grande courbe à droite dont le rayon se resserre progressivement, le talent des pilotes est mis à rude épreuve. Ils l’abordent à près de 344 km/h et en ressortent à plus de 170 km/h. C’est dans cette interminable séquence qu’Alain Prost avait porté son attaque décisive sur Ayrton Senna à vingt tours de l’arrivée du Grand Prix de France 1988, devant un public déchainé.

Envie de dépassements ?

Ultime occasion de dépasser, le virage du Pont situé juste avant la ligne droite des stands offre souvent des bouleversements de dernière minute. Avec là aussi 4 tribunes, il permet de voir l’entrée des pilotes dans les stands et donc de bien comprendre les stratégies employées par les différents prétendants à la victoire.

Vous avez fait votre choix ?

02.10.18Actus GP France

Le Grand Prix de France de Formule 1 était au Mondial de l’Auto

Lire la suite
31.08.18Actus GP France

COMMUNIQUE DE PRESSE 31/08/2018 – RENDEZ-VOUS PRIS POUR LE GRAND PRIX DE FRANCE 2019

Lire la suite
03.08.18Actus F1

Saison F1® 2018… Bilan à mi-saison : Hamilton-Vettel, le duel continue !

Lire la suite