Felipe MASSA : « Le Circuit Paul Ricard ? Il y a tout pour y faire une belle épreuve »

Dernier vainqueur du Grand Prix de France, en 2008, Felipe Massa vient de raccrocher son casque. Il se souvient avec émotion de sa victoire conquise à Magny-Cours.

Quel souvenir gardez-vous de votre victoire au GP de France 2008 ?

C’est un excellent souvenir pour moi. C’est vraiment un plaisir pour moi d’être le dernier vainqueur du Grand Prix de France qui fut le premier Grand Prix de l’histoire. Je suis content de faire partie de cette histoire. Ce fut une course difficile. Je courais alors pour Ferrari et j’ai été en bataille toute la course avec mon équipier Kimi Räikkönen. Je crois qu’il a eu un problème d’échappement et j’en ai profité pour le doubler et gagner. C’était un peu une revanche par rapport à l’année précédente. En 2007, j’avais signé la pole position mais c’est Kimi qui avait gagné la course. En 2008, ce fut l’inverse : à Kimi la pole et à moi la victoire ! J’étais en lice pour le titre mondial cette année-là. Je pense que je le méritais mais le dernier tour de course de la saison en a décidé autrement. Je ne sais pas pourquoi mais c’est comme ça. Je ne suis pas frustré. Au contraire, je suis fier de ma carrière.

Est-ce que cela signifie quelque chose pour vous que le Grand Prix de France soit de retour au calendrier ?

Oui car je considère la France comme un pays important de la Formule 1. Cette nation a donné à la F1 de nombreux pilotes de talent avec, bien sûr, Alain Prost qui a été plusieurs fois champion du monde. Mais vous avez aussi eu bien d’autres pilotes qui ont gagné des Grands Prix comme René Arnoux, par exemple. Il y a eu aussi plusieurs constructeurs. C’est bien pour un tel pays d’avoir à nouveau son Grand Prix.

Y a –t-il une chance que vous assistiez au Grand Prix de France ?

Pourquoi pas ? Je vis à Monaco. Ce n’est pas très loin du circuit Paul Ricard. Et puis je suis curieux de voir ce que peut donner un Grand Prix sur ce circuit. Personnellement, je n’ai jamais couru sur cette piste. Je n’y ai fait que des essais privés en Formule 1 avec Ferrari mais je pense que le Paul Ricard peut être un bon circuit pour un Grand Prix. Le tracé est beau, l’environnement aussi. Il y a tout pour y faire une belle épreuve.

Vous êtes désormais retiré de la Formule 1. Comment vivez-vous le fait de ne plus être pilote de Grand Prix ?

Pour l’instant, ça va parce que la saison n’a pas redémarré. Lorsque le championnat reprendra, ça sera peut-être un peu plus étrange ! En attendant, je suis trop accaparé par le début de ma deuxième vie pour me poser ce genre de questions.

Justement, quel est votre rôle désormais auprès de la FIA ?

Je suis président du CIK, la Commission Internationale de Karting. J’espère pouvoir partager mon expérience avec les jeunes pilotes de karting sachant que cette discipline demeure une école incontournable pour le sport automobile. C’est formidable pour moi d’être impliqué dans ce domaine. Je trouve ça passionnant.

14.05.18Actus F1

Le franco-scope du GP d’Espagne 2018

Lire la suite
11.05.18Actus F1

Ils font la F1… Les ingénieurs de course : L’art de l’optimisation

Lire la suite
10.05.18Le Saviez-Vous

Le Top 10 : Les KILOMETRES en tête du Grand Prix de France (depuis 1950)

Lire la suite