GP du Mexique : Hamilton, frustré mais champion !

/GP du Mexique : Hamilton, frustré mais champion !
Hamilton

Lewis Hamilton rêvait de conquérir son quatrième titre avec panache. Les circonstances de courses l’ont privé de ce plaisir mais il est tout de même champion du monde à l’issue d’une course mouvementée.

Après son autoritaire victoire la semaine dernière au Grand Prix des Etats-Unis, il suffisait à Lewis Hamilton de terminer dans les cinq premiers au Grand Prix du Mexique pour remporter le titre mondial à deux épreuves de la fin. Une formalité à priori, sauf que les Grands Prix se suivent mais ne se ressemblent pas toujours. Et si le pilote anglais semblait être le maître du monde à Austin, une fois arrivé à Mexico, les évènements ne se sont pas enchainés comme il le souhaitait.

Déjà, aux essais, le pilote Mercedes a dû se contenter de la troisième place sur la grille, derrière Sébastien Vettel –son seul rival au championnat- et Max Verstappen. Pas vraiment le scénario idéal pour l’Anglais… Le premier tour de course n’a fait que contrarier davantage les aspirations de Lewis Hamilton.

En effet, après un bon départ, il a profité d’une attaque de Verstappen sur Vettel au deuxième virage pour s’infiltrer et déborder l’Allemand au troisième virage. Malheureusement, l’aileron avant gauche de la Ferrari touchait le pneu arrière droit de la Mercedes, provoquant une crevaison immédiate. Les deux prétendants au titre mondial étaient donc contraints de repasser au stand à la fin du premier tour, l’un pour changer de pneus, l’autre pour changer d’aileron !

Repartis en queue de peloton, les deux impétrants étaient contraints à une laborieuse remontée. Pour Vettel, l’enjeu était crucial. Il était en effet absolument impératif que l’Allemand termine premier ou deuxième s’il voulait conserver une infime chance de contrer Hamilton au championnat. Vettel étant en mauvaise posture, pour Hamilton, une remontée ne relevait pas de la nécessité mathématique mais juste de son habituel sens du panache.

Survolté et n’hésitant pas à basculer sur une stratégie très agressive avec un arrêt de plus pour chausser des pneus très tendres en fin d’épreuve, Vettel ne pouvait revenir qu’à la quatrième place, derrière Verstappen, Bottas et Raikkonen. Dès lors, Hamilton était champion du monde. Si neuvième position finale ne correspond clairement pas à la manière éclatante avec laquelle il avait imaginé être sacré mais peu importe : avec ce quatrième titre, le pilote anglais rejoint Alain Prost dans la hiérarchie mondiale et fait un pas de plus dans la légende de la Formule 1.  

12.01.18Actus GP France

PASS A LA JOURNEE, CE QU’IL FAUT SAVOIR…

Lire la suite
11.01.18Actus GP France

COMMUNIQUE DE PRESSE 11/01/2018 – GRAND PRIX DE FRANCE FORMULE 1

Lire la suite
09.01.18Le Saviez-Vous

La vie des mécanos de course

Lire la suite