Journée internationale des droits des Femmes : Un peu de féminité dans un monde de brutes…

/Journée internationale des droits des Femmes : Un peu de féminité dans un monde de brutes…

Pas de doute : le monde de la Formule 1 est un univers essentiellement masculin. Pour autant, la présence des femmes ne se limite pas aux « grid girls », vouées à disparaître cette saison. Certaines ont même couru en Grand Prix !

Alors comme ça, la Formule 1 serait un sport réservé aux hommes ? Pas pour Maria Teresa De Filippis ! Mise au défi par ses frères de se montrer aussi rapide qu’eux, volant en main, cette Italienne s’est montrée sans complexe. Non seulement, elle s’est inscrite, avec eux, à la course de côte de Saverne en 1948 mais elle les a surtout battus ! Une véritable révélation pour cette jeune Napolitaine de 22 ans. La voilà lancée à pleine vitesse dans les délices du pilotage…

Comme tous les pilotes de l’époque, elle brave le danger, manque de perdre l’ouïe de l’oreille gauche, se casse un bras et ne doit qu’à un arbre bien placé de ne pas se fracasser dans un précipice. Encouragée par son ami Luigi Musso, pilote Ferrari qui l’abreuve de conseils, elle décide de tenter sa chance en F1. Au volant d’une Maserati 250 F privée, Maria Teresa se lance dans ce pari fou en 1958.

Pour se roder, elle participe à une course hors championnat, à Syracuse. Malgré ses 49 kilos, elle mène sa puissante monoplace à la cinquième position ! Malheureusement, pour ses débuts en championnat du monde à Monaco, elle ne parvient pas à se qualifier. Il en faut toutefois plus pour décourager celle à qui le grand Fangio disait souvent : « Tu prends trop de risques ! ». Un mois plus tard, sur la difficile piste de Spa, Maria Teresa signe une jolie dixième place, soulevant l’admiration du roi Leopold.

Moins sensible à sa prouesse, le directeur de course du Grand Prix de France lui interdit de prendre le départ estimant alors que « le seul casque que les femmes devraient avoir sur la tête est celui du salon de coiffure ! ». Après avoir disputé trois Grands Prix en 58 (abandon au Portugal et en Italie pour raisons mécaniques), elle se retirera, affectée par le décès en course de ses amis Luigi Musso et Jean Behra.

Il faudra attendre presque vingt ans avant qu’une autre femme ne relève le défi. De petite taille mais dotée d’un courage à toute épreuve, Lella Lombardi (notre photo) parvient à négocier un contrat avec l’écurie March. Elle reste aujourd’hui encore dans les annales de la Formule 1 comme la seule femme à être rentrée dans les points en championnat du monde de Formule 1. En effet, en 12 Grands Prix disputés pour March, Williams et Brabham, elle est parvenue à terminer sixième du Grand Prix d’Espagne 1975.

Cette performance a suscité quelques vocations. La skieuse anglaise Divina Galica s’est ainsi essayée à élargir ses trajectoires jusqu’aux pistes de Formule 1. N’ayant pas froid aux yeux, elle tentera de se qualifier trois fois en 1976 et en 1978. La Sud-Africaine Désiré Wilson reprendra le flambeau peu après. Au volant d’une Williams privée, elle tentera de se qualifier lors du Grand Prix de Grande-Bretagne 1980 mais elle connaîtra surtout la satisfaction d’être la seule femme à remporter une course au volant d’une Formule 1 ! C’était à Brands Hatch, dans le cadre d’un championnat anglais disputé avec des F1 « d’occasion ».

L’audacieuse Giovanna Amati (encore une italienne !) relèvera le défi trois fois en 1992 au volant d’une piètre Brabham que même son équipier Damon Hill (futur champion du monde) n’arrivera pas à qualifier. Plus récemment, Susie Wolff (la femme du patron de l’équipe Mercedes), Carmen Jorda et Maria De Villota ont, elles aussi, fait la démonstration que des femmes avaient leur place dans un baquet de F1 en devenant pilotes d’essais pour les équipes Williams, Renault et Marussia.

07.11.18Actus F1

Bienvenue à Hanoï !

Lire la suite
02.10.18Actus GP France

Le Grand Prix de France de Formule 1 était au Mondial de l’Auto

Lire la suite
31.08.18Actus GP France

COMMUNIQUE DE PRESSE 31/08/2018 – RENDEZ-VOUS PRIS POUR LE GRAND PRIX DE FRANCE 2019

Lire la suite