Ça va chauffer !

/Ça va chauffer !

Les monoplaces de Formule 1 sont des voitures extrêmes et elles ne se contentent pas d’affoler les chronos. Elles affolent aussi les thermomètres !

Les plus observateurs d’entre vous auront peut-être remarqué sur les carrosseries des F1 des petits stickers dorés sur certaines zones du capot moteur. Il ne s’agit absolument pas d’éléments décoratifs mais de testeurs de température. Il faut dire que l’environnement d’un moteur de F1 mérite d’être surveillé sur ce point. Les gaz d’échappement peuvent ainsi atteindre jusqu’à 1000°. Cela donne une idée de la température qui règne au sein de la chambre de combustion. Pour les motoristes, cette donnée relève du secret d’état. Les températures de fonctionnement du moteur sont de 130° pour l’eau et de 120 ° pour l’huile. Mieux vaut ne pas se trouver aux alentours en cas de fuite !!!

Avec une fenêtre de fonctionnement aussi précise, le refroidissement prend une importance vitale, surtout lorsque le nombre de groupes propulseurs est limité à trois unités pour une saison de 21 Grands Prix, comme c’est le cas cette année ! Une insuffisance de refroidissement peut être s’avérer fatale pour le moteur. A l’inverse, un excès de refroidissement s’accompagne généralement d’un déficit de performance aérodynamique et donc d’une baisse de la performance chronométrique. Les voitures roulent donc au maximum des températures de fonctionnement recommandées pour chaque organe.

Ce choix devient parfois un peu risqué lorsque les circonstances s’en mêlent. Par exemple, les ingénieurs ont toujours une petite angoisse lorsque la course est neutralisée sous safety-car car le refroidissement n’est plus optimal. Le moteur est alors mis à mal.

Si, dans de telles conditions, le moteur risque la surchauffe, les pneus – eux – voient leur température baisser de manière importante. Or, pour offrir une adhérence optimale, les pneus doivent fonctionner dans une fenêtre de température bien précise. Ce sont les pneus avant qui sont le plus chauds. Ils peuvent parfois dépasser les 140 ° ! Ne jouant aucun rôle directionnel, les pneus arrières excèdent rarement les 130°. C’est parce que la température de fonctionnement des gommes conditionne la performance que les équipes préchauffent les pneus avant de les monter sur la monoplace. Les couvertures chauffantes permettent ainsi préchauffer les pneus à 110°.

Situés au cœur de la roue, les freins sont aussi soumis à des températures très impressionnantes. Ainsi, un disque en carbone soumis à un gros freinage tels qu’il y en a plusieurs sur le circuit de Bahreïn peut monter à 1200° ! On comprend pourquoi pendant une fraction de seconde les disques de frein rougissent lors d’un effort intense !

07.11.18Actus F1

Bienvenue à Hanoï !

Lire la suite
02.10.18Actus GP France

Le Grand Prix de France de Formule 1 était au Mondial de l’Auto

Lire la suite
31.08.18Actus GP France

COMMUNIQUE DE PRESSE 31/08/2018 – RENDEZ-VOUS PRIS POUR LE GRAND PRIX DE FRANCE 2019

Lire la suite