Club 54 : les pilotes français des années 2000

/Club 54 : les pilotes français des années 2000

54 pilotes français ont été engagés au Grand Prix de France depuis 1950. Dans cet ultime volet, retrouvons les derniers membres du club qui ont œuvré dans les années 2000.

Avec les années qui passent, la représentation française en F1 fond comme neige au soleil. Ils ne sont ainsi que quatre pilotes à avoir disputé leur Grand Prix national au 21e siècle. Et encore, deux d’entre eux l’avaient déjà fait dans les années 90, voir dès la fin des années 80.

C’est en effet Jean Alesi qui est le seul Frenchie au départ de l’édition de l’an 2000. L’Avignonnais est même au volant d’une voiture 100 % française : une Prost-Peugeot ! Malheureusement, cette participation n’apportera rien à son palmarès ni au livre d’or de la Formule 1 française. Qualifié 18e, il ne termine qu’à une anonyme 14e place, à deux tours du vainqueur. Il fera à peine mieux l’année suivante toujours au volant d’une Prost mais, cette fois, motorisée par un moteur Ferrari rebadgé Acer. Il se qualifie 19e et franchit la ligne d’arrivée à une modeste 12e place. Ce sera son dernier Grand Prix de France, après treize participations et un podium (3e en 1996).

Sur ce Grand Prix 2001, Jean n’est pas le seul français au départ. Lui aussi fidèle de l’épreuve, Olivier Panis est au départ. Après une saison comme pilote d’essais McLaren, le Grenoblois retrouve l’adrénaline de la course. Il pointe à la neuvième place au volant de sa BAR-Honda.

Pendant trois saisons, Olivier Panis sera le seul Tricolore au départ. En 2002, toujours sur BAR-Honda, il doit abandonner mais il retrouve le plaisir de franchir le drapeau à damier en 2003. Il a alors rejoint l’équipe Toyota et termine la course à la 8e place. Malheureusement, l’équipe japonaise peine à décoller et le vainqueur du Grand Prix de Monaco 1996 doit se contenter de la quinzième place en 2004, sa dernière apparition à domicile. Son meilleur résultat restera une 7e place en 1996, en dix tentatives, sur sa Ligier.

Grâce à Franck Montagny, le drapeau bleu-blanc-rouge flotte à nouveau sur la grille de départ en 2007, après un an d’absence. Recruté par l’éphémère et très modeste écurie japonaise Super Aguri, il signe son meilleur résultat en F1 avec une seizième place. Malheureusement, l’aventure tourne court et il faut attendre pour voir un autre Frenchie au GP de Magny-Cours : Sébastien Bourdais. Le pilote Toro Rosso a enfin sa chance en F1. 14e en qualification, il termine mais à une lointaine 17e place. Pas sûr que le titre de « dernier pilote français à avoir disputé le Grand Prix de France » soit vraiment de nature à le consoler de cette terne performance.

Si une relève nombreuse pointe le bout de son nez à la fin de la décennie en la personne de Romain Grosjean, qui plus est sur une Renault, puis plus tard les Charles Pic, Jean-Eric Vergne ou le regretté Jules Bianchi, le GP de France, lui, a disparu entre temps. Ces rendez-vous manqués entre des talents français et leur grand prix national ne seront bientôt plus qu’un mauvais souvenir. En 2018, avec le retour du Grand Prix de France, trois pilotes tricolores seront à nouveau au rendez-vous : Grosjean, Ocon et Gasly. L’histoire est un éternel recommencement.

14.05.18Actus F1

Le franco-scope du GP d’Espagne 2018

Lire la suite
11.05.18Actus F1

Ils font la F1… Les ingénieurs de course : L’art de l’optimisation

Lire la suite
10.05.18Le Saviez-Vous

Le Top 10 : Les KILOMETRES en tête du Grand Prix de France (depuis 1950)

Lire la suite