Le Top 10 : Les poles les plus rapides au Grand Prix de France (depuis 1950)

/Le Top 10 : Les poles les plus rapides au Grand Prix de France (depuis 1950)
Culture générale F1

Que ce soit sur le circuit Paul Ricard, à Reims, à Magny-Cours ou encore à Dijon, les pole positions au Grand Prix de France sont souvent acquises à des vitesses moyennes vertigineuses. Démonstration avec ce Top 10 à couper le souffle !

  1. Grand Prix de France 1966 (Reims) : 233,859 km/h

L’Italien Lorenzo Bandini n’aura signé qu’une seule pole position dans sa carrière en F1, mais quelle pole ! Propulsé leader de l’équipe Ferrari une semaine plus tôt suite au départ de John Surtees, l’Italien montre qu’il tient la pression et fait claquer un retentissant chrono de 2’07’’8. A 233,859 km/h de moyenne, il s’adjuge la pole la plus rapide jamais enregistrée dans le cadre du Grand Prix de France. Il faut le reconnaître : avec sa forme quasi-triangulaire, le circuit de Reims était particulièrement propice à ce type d’exploit. L’année 1966 marquant à la fois le dernier Grand Prix de France organisé à Reims et l’entrée en vigueur de la réglementation 3 litres qui permet aux F1 de respirer à nouveau à pleins poumons, il n’est pas étonnant que le record de vitesse ait été signé cette saison-là. Malheureusement, ce Grand Prix de France sera le dernier pour le valeureux Bandini qui périra dans les flammes quelques mois plus tard au Grand Prix de Monaco 1967.

  1. Grand Prix de France 1985 (Paul Ricard) : 226,213 km/h

S’il est bien plus sinueux que le circuit de Reims, le circuit Paul Ricard permet néanmoins des vitesses très impressionnantes. A la grande époque du turbo et des moteurs de qualification, Keke Rosberg n’a pas manqué de rappelé qu’il avait un gros cœur. Il s’est offert une superbe pole position à 226,213 km/h au volant de sa Williams-Honda. Décidément très en verve, le pilote finlandais a frappé encore plus fort deux semaines plus tard, à Silverstone dans le cadre du Grand Prix de Grande-Bretagne, en signant à 259,004 km/h ce qui restera pendant longtemps la pole plus rapide de l’histoire de la F1.

  1. Grand Prix de France 1984 (Dijon) : 224,971 km/h

C’est dans une ambiance très tendue que l’équipe Renault aborde son Grand Prix national. Les moteurs français consomment trop et peinent à terminer les courses depuis que le règlement limite la quantité de carburant. Avant le Grand Prix, le patron de l’équipe française menace d’interrompre la participation de Renault afin de prendre le temps de résoudre ce problème. Cela ne perturbe toutefois absolument pas Patrick Tambay qui signe une superbe pole à 224,971 km/h, soit la plus rapide jamais enregistrée sur le circuit de Dijon.

  1. Grand Prix de France 1982 (Paul Ricard) : 221,554 km/h

En cette saison 1982, les Renault RE30B et leur moteur turbo collectionnent les pole positions avec une aisance déconcertante qu’un cruel manque de fiabilité ne permet souvent pas de convertir en victoire. Devant son public, René Arnoux est déchainé et signe sa cinquième pole de la saison à 221,554 km/h. Pour la seule fois de la saison, il la transformera en victoire le lendemain.

  1. Grand Prix de France 1960 (Reims) : 218,474 km/h

Au volant de sa petite Cooper-Climax à moteur arrière, le champion du monde Jack Brabham se ballade littéralement sur le circuit de Reims. Ayant établi un joli chrono en deuxième séance, il ne se donne même pas la peine de participer à la dernière séance qualificative. Son temps de 2’16’’8 suffit pour décrocher la pole à 218,474 km/h ! La ballade continuera le lendemain avec une facile victoire.

  1. Grand Prix de France 1983 (Paul Ricard) : 216,360 km/h

Sans surprise, Alain Prost signe la pole position sur sa Renault à moteur turbo. L’efficacité aérodynamique des monoplaces ayant été réduite suite à la suppression de l’effet de sol, les moyennes ne sont pas aussi importantes que l’année précédentes sur le même circuit mais Alain Prost boucle tout de même sa pole à 216,360 km/h.

  1. 7. Grand Prix de France 2004 (Magny-Cours) : 215,469 lm/h

Il aura fallu attendre vingt ans tout rond pour voir une Renault occuper à nouveau la pole au Grand Prix de France. Mais l’équipe française a su signer cette performance avec style. Tout comme la pole de Tambay avait été la plus rapide jamais enregistrée sur le circuit de Dijon, celle signée par Alonso en 2004 restera à jamais comme la plus rapide signée sur le circuit de Magny-Cours dans le cadre d’un Grand Prix de F1.

  1. Grand Prix de France 1959 (Reims) : 214,399 km/h

Alors qu’il avait fait sensation l’année précédente, le record du tour établi en 1958 par l’Anglais Mike Hawthorn (en 2’21’’7) a très vite volé en éclats. Pas moins de dix pilotes, l’ont battu lors des qualifications de l’édition 1959. Le plus rapide est l’Anglais Tony Brooks qui claque un impressionnant 2’19’’4 à 214,399 km/h de moyenne.

  1. Grand Prix de France 2005 (Magny-Cours) : 213,401 km/h

Dans la foulée de sa pole de 2004, Fernando Alonso signe à nouveau la pole mais avec une moyenne de « seulement » 213 km/h. Cette perf permet à Renault se s’adjuger cinq des dix poles les plus rapides au Grand Prix de France. Un joli tir groupé, non ?

  1. Grand Prix de France 1963 (Reims) : 213,175 km/h

Qui a dit que les F1 de la période 1961-1965 équipées d’un petit moteur de 1500 cm3 n’allaient pas vite ? Certes, elles n’étaient pas aussi véloces que les devancières au moteur plus généreux mais Jim Clark a démontré qu’elles en avaient tout de même sous le capot. C’est en effet à 213,175 km/h qu’il rafle la pole en 1963.

07.11.18Actus F1

Bienvenue à Hanoï !

Lire la suite
02.10.18Actus GP France

Le Grand Prix de France de Formule 1 était au Mondial de l’Auto

Lire la suite
31.08.18Actus GP France

COMMUNIQUE DE PRESSE 31/08/2018 – RENDEZ-VOUS PRIS POUR LE GRAND PRIX DE FRANCE 2019

Lire la suite